Cette restauration donne lieu à une réflexion sur le jeu des lignes et des volumes. Ainsi, dans la partie grange, l’escalier est enchâssé dans un treillis en métal blanc, qui dessine le volume total de son encombrement en écho au volume central des sanitaires traité en parpaings passés au blanc. Le soucis de sobriété est renforcé par la conception des menuiseries bois : elles sont placées sur glissières afin d’éviter de la gêne à l’ouverture. La pureté des surfaces et la simplicité des volumes en sont accrus.